Serge Daney: 20 ans après

http://www.cinematheque.fr/fr/dans-salles/hommages-retrospectives/fiche-cycle/serge-daney-20-ans-apr,459.html
View:
Log in to copy items to your own lists.
1.
Bitter Victory (1957)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.0/10 X  
A commander receives a citation for an attack on Rommel's headquarters, which is actually undeserved as the commander is unfit for his job. On top of that, unbeknownst to him, his wife is having an affair with one of his officers. (102 mins.)
Director: Nicholas Ray
“ « Il y a toujours eu Nicholas Ray et les autres, comme si entre lui et le cinéma il existait un lien privilégié, sur lequel il nous appartenait de veiller. [...] Plus que Welles, Ray avait le profil du grand loser. Sauf que perdre, c'est parfois gagner. » ” - João Gabriel Paixão
 
2.
“ « Cela fait longtemps qu'un film ne nous a pas rappelé avec une telle évidence que le cinéma est à la fois un art du singulier et de l'universel, que les images flottent d'autant mieux qu'elles ont jeté leur ancre quelque part. » ” - João Gabriel Paixão
 
3.
By the Bluest of Seas (1936)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.2/10 X  
Yussuf and Aliosha are two shipwrecked sailors on an island in the Caspian Sea. They start working as... (71 mins.)
“ « Comme dans beaucoup de bons films, il ne se passe pas grand-chose dans Au bord de la mer bleue, bien que tout aille à une vitesse confondante. Il faut voir comment on passe, sans crier gare du silence à la musique, du muet au bruit, ou comment une mer d'huile se transforme en tempête. » ” - João Gabriel Paixão
 
4.
Anatomy of a Murder (1959)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 8.1/10 X  
In a murder trial, the defendant says he suffered temporary insanity after the victim raped his wife. What is the truth, and will he win his case? (160 mins.)
Director: Otto Preminger
“ « Preminger a réalisé avec Autopsie d'un meurtre le film le plus complexe et le plus exemplaire de son œuvre. Ce film dont le sujet n'est ni la justice ni la société américaine mais la mise en scène devient, au même titre que les derniers films de Lang, réflexion du créateur sur son art et confession à peine déguisée du cinéaste. » ” - João Gabriel Paixão
 
5.
Boat People (1982)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.8/10 X  
A Japanese photojournalist revisits Vietnam after the Liberation and learns harsh truths about its regime and its "New Economic Zones". (109 mins.)
Director: Ann Hui
“ « Pourquoi le film est-il si fort ? Parce que c'est justement un récit. Pas de cellulite "prise de conscience", pas de graisse "débat idéologique", pas de temps pour les grands mots : ça va trop vite, ça glisse trop dangereusement, on change de camp avant d'avoir changé d'avis. » ” - João Gabriel Paixão
 
6.
Boy Meets Girl (1984)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.0/10 X  
Paris by night. Alex, 22, wants to become a filmmaker. He is fascinated by first times and his girlfriend... (100 mins.)
Director: Leos Carax
“ « Il y a aussi quelque chose d'aujourd'hui dans cette manière de Carax de commencer le cinéma autobiographique de la Nouvelle Vague (de Godard à Garrel, mais aussi de Skolimowski à Bertolucci), plus dans le Paris lumineux libéré des studios que nous découvrait Coutard mais dans un Paris nocturne, obscur, contrasté, entre chien et loup, strié de néons et de faux jours, le Paris de tous les cinéastes de sa génération. » ” - João Gabriel Paixão
 
7.
Ugetsu (1953)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 8.2/10 X  
A fantastic tale of war, love, family and ambition set in the midst of the Japanese Civil Wars of the sixteenth century. (96 mins.)
Director: Kenji Mizoguchi
“ « Point n'est besoin de croire aux fantômes pour ne plus jamais oublier ceux des Contes de la Lune Vague. [...] J'ai donc aimé, sans m'en rendre compte, un gris déjà fantomatique, qui m'ouvrait, non au monde bariolé de la couleur, mais à un univers jamais plus grand que moi. » ” - João Gabriel Paixão
 
8.
Di Cavalcanti (1977 Documentary)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.1/10 X  
Glauber Rocha films the funeral of his friend Di Cavalcanti, one of the most important Brazilian painters and artists of all time... (18 mins.)
Director: Glauber Rocha
“ « Le film défie toute description. La façon qu'a Glauber de hurler et de chanter son rôle fait exploser l'idée même de "commentaire", de "voix off" ou "d'hommage". [...] Je n'ai rien vu d'aussi beau ni de terrifiant de toute la Mostra que ce moment au début du film, où Glauber lance la caméra sur le corps couvert de fleurs, grimaçant dans son cercueil, criant à la façon d'un commentateur sportif vivant en direct un match de foot : Glauber Rocha filme Di Cavalcanti. » ” - João Gabriel Paixão
 
9.
The Age of the Earth (1980)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.0/10 X  
The day that Pier Paolo Pasolini was killed, Glauber Rocha decided to make this film about the life of Christ in the Third World... (140 mins.)
Director: Glauber Rocha
“ « Un film torrentiel et halluciné. Un Ovni filmique, ni plus, ni moins. » ” - João Gabriel Paixão
 
10.
Dodes'ka-den (1970)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.5/10 X  
Various tales in the lives of Tokyo slum dwellers, including a mentally deficient young man obsessed with driving his own commuter trolley. (140 mins.)
Director: Akira Kurosawa
“ « [...] depuis 1970 (depuis Dodes'ka-den, son film le plus beau, son film-suicide), Kurosawa s'est désolidarisé de son temps et a boudé le Japon moderne. » ” - João Gabriel Paixão
 
11.
La Dolce Vita (1960)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 8.1/10 X  
A series of stories following a week in the life of a philandering paparazzo journalist living in Rome. (174 mins.)
“ « Pour la première fois, il voyait grand, il inventait une façon de faire figurer dans un seul et même film toutes les strates du "Rome by night" de l'époque, de la prostituée de banlieue à la jet society la plus bête. » ” - João Gabriel Paixão
 
12.
El (1953)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.9/10 X  
A husband's suave exterior unravels after his marriage, and he unleashes his paranoid and volatile temper on his wife, which escalate to more dangerous and unpredictable tantrums. (92 mins.)
Director: Luis Buñuel
“ « Pour son ami Salvador Dali, la paranoïa a été une "méthode" critique et pour son admirateur Jacques Lacan (grand fan de El) un sujet de thèse de doctorat en médecine : pour lui il s'est agi à la fois d'un autoportrait ("Il y a quelque chose de moi dans ce personnage") et d'un art poétique. C'est pourquoi le spectateur de 1984 (vous par exemple, allez voir ce film et AIMEZ-LE) trouve dans El ce mélange de charme daté [...] et de logique intemporelle [...]. » ” - João Gabriel Paixão
 
13.
En rachâchant (1982 Short Film)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 6.4/10 X  
The child Ernesto doesn't want to go to school any more because, as he says, all he is taught there is things he doesn't know. (7 mins.)
“ « Le film est drôle et rapide. Ce n'est pas un court métrage, mais un vrai film, court. Il faut le voir en pensant d'une part à Jean Renoir [...] et d'autre part à Alain Resnais dont le prochain film, La vie est un roman, part de l'hypothèse inverse : que l'éducation, c'est stricto senso du remplissage. Un grand sujet de notre temps. » ” - João Gabriel Paixão
 
14.
Too Early/Too Late (1982 Documentary)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 6.1/10 X  
(100 mins.)
“ « Avec Trop tôt, trop tard, une expérience est tentée avec nous, sur nous : à des moments, on commence par voir (une herbe que le vent courbe) avant d'entendre (le vent responsable de cette courbure). À d'autres moments, on entend d'abord (le vent) puis on voit (l'herbe). Image et son sont synchrones et pourtant, à chaque instant, chacun de nous peut faire l'expérience de l'ordre dans lequel il range ses sensations. C'est donc un film sensationnel. » ” - João Gabriel Paixão
 
15.
Naked Childhood (1968)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.7/10 X  
An anguished foster child takes to mischief and lies as his foster parents do their best to love and care for him. But it might be too little, too late in this emotionally devastating portrayal of the orphaned child. (83 mins.)
Director: Maurice Pialat
“ « L'individu "boucle" sous nos yeux l'orbe de son désir : il n'en sortira pas, parce que le monde du désir est machinal, cruel, répétitif. Reste l'élégance, un rien dandy, d'en accompagner la spirale : de toutes façons, "le mal est fait." Je suis hanté par le souvenir d'un film que je n'ai vu qu'une fois, le premier Pialat, L'Enfance nue. » ” - João Gabriel Paixão
 
16.
L'enfant secret (1979)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.0/10 X  
Four chapters based on the birth of a 'secret child', or a film, with chapter titles: "La séction Césarienne"... (92 mins.)
Director: Philippe Garrel
“ « Et le récit ? Comme on n'en fait plus. Chaque moment taillé comme un silex ou caressé comme un galet bien en mains, avec un début et une fin, un avant et un après. [...] C'est comme si ce film autobiographique avait réussi à ne pas perdre le Nord sans oublier la trace de chaque étape. [...] Je me suis dit que c'était Griffith ou Charlot qui revenaient pour quelques instants. » ” - João Gabriel Paixão
 
17.
The State of Things (1982)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.2/10 X  
On location in Portugal, a film crew runs out of film while making their own version of Roger Corman's Day the World Ended... (121 mins.)
Director: Wim Wenders
“ « [...] ce titre génial résume tout le cinéma de Wenders : une sensibilité météorologique, le sens de ce qui "pourrait" arriver à chaque instant, au fil du temps. » ” - João Gabriel Paixão
 
18.
The Woman Next Door (1981)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.4/10 X  
Two ex-lovers wind up living next door to each other with their respective spouses. Forbidden passions ensue. (106 mins.)
“ « Si La Femme d'à côté est un film si réussi et, finalement, si émouvant, c'est parce que Truffaut, ennemi de l'exhibitionnisme des passions et des idées, homme du juste milieu et du compromis, essaie cette fois de filmer le compromis lui-même, d'en faire la matière, la forme même de son film. » ” - João Gabriel Paixão
 
19.
The Aviator's Wife (1981)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.7/10 X  
A young student is devastated when he finds that his girlfriend is cheating on him. In order to find out why she did it, he decides to spy on her and her lover. (104 mins.)
Director: Éric Rohmer
“ « L'expérience est chez Rohmer un peu ce qu'elle fut pour Hawks : la seule réalité, qui dit où est le possible et où est l'impossible, refusant celui-ci, cherchant à épuiser celui-là. » ” - João Gabriel Paixão
 
20.
Francisca (1981)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.3/10 X  
The life of a young man, son of an English officer who lets himself become a prisoner of love resulting in fatalism and disgrace. (166 mins.)
“ « Jamais on n'aura poussé aussi loin le refus du naturalisme et la nécessité d'adopter en toutes choses (et les mots sont des choses) un point de vue, un angle. » ” - João Gabriel Paixão
 
21.
7 Women (1966)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 6.9/10 X  
Legendary director John Ford's final film involving seven dedicated missionary women in China circa 1935 trying to protect themselves from the advances of a Mongolian barbaric warlord and his cut-throat gang of warriors. (87 mins.)
Director: John Ford
“ « Ne reste que le baroud d'honneur d'un individu face à l'image ternie de ce qu'il a cru être "son" destin et qui n'est qu'un chapitre dans l'histoire des autres. C'est, disons, le regard d'Anne Bancroft à la fin du sublime Seven Women de John Ford. » ” - João Gabriel Paixão
 
22.
Gertrud (1964)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.6/10 X  
In the elegant world of artists and musicians, Gertrud ends her marriage to Gustav and takes a lover, the composer Erland Jansson (116 mins.)
“ « Gertrud mène sa vie comme Dreyer son film : calmement, mais à tombeau ouvert. Amoureuse de ce qui, chez les hommes, lui permet d'aimer. » ” - João Gabriel Paixão
 
23.
Here and Elsewhere (1976 Documentary)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.3/10 X  
Godard, Miéville and Gorin (aka the "Dziga Vertov Group") examine the parallel lives of two families - one French, one Palestinian - using an exploratory combination of film and video. (53 mins.)
“ « Le cinéma de Godard est une douloureuse méditation sur le thème de la restitution, mieux de la réparation. Réparer, c'est rendre les images et les sons à ceux sur qui ils ont été prélevés. [...] C'est aussi les engager à produire leurs images et leurs sons propres. Engagement tout ce qu'il y a de politique. Il y a un film où cette restitution-réparation a lieu, au moins idéalement, c'est Ici et Ailleurs. » ” - João Gabriel Paixão
 
24.
Karkalou (1984)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 6.4/10 X  
(85 mins.)
Director: Stavros Tornes
“ « Karkalou fait penser, en vrac, à Murnau, aux Straub, à Antonio Reis ou aux Taviani brothers. La pierre y est de la pierre, la fiction y est une fiction, les fantômes y meurent aussi, un vieil homme y joue comme un enfant, un jeune homme vieillit, des enfants symbolisent la mort, un plan succède à un plan avec l'imparable (et improuvable) netteté du rêve. » ” - João Gabriel Paixão
 
25.
Mr. Arkadin (1955)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.4/10 X  
An American adventurer investigates the past of mysterious tycoon Arkadin...placing himself in grave danger. (93 mins.)
Director: Orson Welles
“ « La fusée Welles est alors à l'image de l'avion (vide ?) du premier plan du film. Elle est devenue, dans le ciel du cinéma, un météore, un caillou bizarre, un état inconnu de la matière-film. Comment en est-on arrivé là, à cet avion qui dérive entre les nuages ? Réponse de Welles : mine de rien et avec l'élégance du grand seigneur assez sûr de lui pour composer un "divertissement", il hasarde une conception pyrotechnique du cinéma. » ” - João Gabriel Paixão
 
26.
Night and Fog (1956 Documentary)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 8.6/10 X  
The history of Nazi Germany's death camps of the Final Solution and the hellish world of dehumanization and death contained inside. (32 mins.)
Director: Alain Resnais
“ « [...] Nuit et Brouillard était ce petit film que des gens comme moi ont pris en pleine gueule à douze ou treize ans et qui leur a dit que le cinéma existait, que les camps existaient, que l'homme existait, que le mal existait, et ils ne l'ont plus jamais oublié. » ” - João Gabriel Paixão
 
27.
Hiroshima Mon Amour (1959)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 8.0/10 X  
A French actress filming an anti-war film in Hiroshima has an affair with a married Japanese architect as they share their differing perspectives on war. (90 mins.)
Director: Alain Resnais
“ « Les deux films qui m'ont le plus profondément ébranlé lorsque j'ai commencé à me sentir "cinéphile", c'est Hiroshima mon amour et Pickpocket. Je sais que ces films ont changé ma vie et changé aussi le cinéma. » ” - João Gabriel Paixão
 
28.
Pickpocket (1959)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.8/10 X  
Michel is released from jail after serving a sentence for thievery. His mother dies and he resorts to pickpocketing as a means of survival. (75 mins.)
Director: Robert Bresson
“ « En 1959, Bresson bouleversait le cinéma, pas en racontant un itinéraire spirituel [...] mais en le prenant filmiquement au sérieux ("comment un jeune homme devient un pickpocket ?"), cela n'avait de sens que si le spectateur était transformé en témoin de ce comment. » ” - João Gabriel Paixão
 
29.
The Rise of Louis XIV (1966 TV Movie)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.3/10 X  
1661: Cardinal Mazarin dies. In the power vacuum, the young Louis asserts his intention to govern as well as rule... (90 mins.)
“ « [...], on peut dire que ce film est à l'œuvre de Rossellini ce qu'une critique est à un film : il met en lumière ce qui fut longtemps sous-entendu, il parle de ce qu'on a tu jusqu'ici. Nul cinéaste n'est parvenu à une telle prise de conscience de son art. » ” - João Gabriel Paixão
 
30.
End (1994 Documentary)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.1/10 X  
People's struggle through Soviet mechanisation period. The film starts with homage to Peleshian's Armenian roots. (10 mins.)
Director: Artur Peleshian
“ « Il s'agit en fait d'un travail sur le montage comme j'avais fini par croire qu'il ne s'en faisait plus en URSS depuis Dziga Vertov. Sur, avec et contre le montage. J'ai soudain le sentiment (agréable) de me trouver face à un chaînon manquant de la véritable histoire du cinéma. » ” - João Gabriel Paixão
 
31.
The Rules of the Game (1939)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 8.1/10 X  
A bourgeois life in France at the onset of World War II, as the rich and their poor servants meet up at a French chateau. (110 mins.)
Director: Jean Renoir
“ « Je me souviens avoir pensé que si d'aventure j'avais voulu faire des films, la virtuosité démente de La Règle du jeu m'aurait à jamais filé des complexes. » ” - João Gabriel Paixão
 
32.
Rio Bravo (1959)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 8.0/10 X  
A small-town sheriff in the American West enlists the help of a cripple, a drunk, and a young gunfighter in his efforts to hold in jail the brother of the local bad guy. (141 mins.)
Director: Howard Hawks
“ « L'utilité du "petit monde hawksien" et de sa morale de mercenaire derrière lesquels il faut lire ceci : n'est "hawksien" que celui qui n'a pas besoin pour lire une chose qu'elle ait d'abord été écrite : tout lui fait signe en silence. L'amitié virile n'est jamais qu'une pratique commune de la photologie et du scoutisme [...] » ” - João Gabriel Paixão
 
33.
A King in New York (1957)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.2/10 X  
A recently-deposed European monarch seeks shelter in New York City, where he becomes an accidental television celebrity and is later wrongly accused of being a Communist. (110 mins.)
Director: Charles Chaplin
“ « Un roi à New York est un conte philosophique, d'autant plus voltairien que Chaplin (qui finira sa vie en Suisse, à Vevey) vit alors dans une sorte de Fernay imaginaire d'où il surveille le monde [...]. » ” - João Gabriel Paixão
 
34.
The Color of Pomegranates (1969)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.7/10 X  
A super-stylized, surreal biography of Armenian troubadour Sayat Nova, whose life is depicted through non-narrative amalgamations of poetic images. (79 mins.)
“ « Sayat Nova fait partie de ces films (il y en a de moins en moins) qui ne ressemblent à rien. Paradjanov est de ceux (ils se font très rares) qui font comme si personne avant eux n'avait filmé. Heureux effet de "première fois" auquel on reconnaît le grand cinéma. » ” - João Gabriel Paixão
 
35.
Vertigo (1958)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 8.4/10 X  
A San Francisco detective suffering from acrophobia investigates the strange activities of an old friend's wife, all the while becoming dangerously obsessed with her. (128 mins.)
“ « S'agit-il d'un dithyrambe ? Oui. Mais il sera forcément étrange comme le film. Car Vertigo, à la différence de Fenêtre sur cour, est loin d'être un film parfait. Ni drôle, contrairement à La Mort aux trousses. Ni terrifiant, comme l'est Psycho(se). Ni glaçant, à la façon des Oiseaux. Il ne s'agit même pas, pour reprendre la belle expression truffaldienne, d'un "grand film malade" » ” - João Gabriel Paixão
 
36.
Toute une nuit (1982)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.1/10 X  
Following over two dozen different people in the almost wordless atmosphere of a dark night in a Brussels town... (90 mins.)
Director: Chantal Akerman
“ « C'est le spectateur qu'elle veut empêcher de dormir, en lui suggérant que "toute une nuit", c'est assez long pour qu'un corps y passe par tous les états, y compris les pas possibles du désir et les peu probables de la posture amoureuse. Le sien compris. » ” - João Gabriel Paixão
 
37.
Trafic (1971)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.2/10 X  
Mr. Hulot drives a recreational vehicle from Paris to Amsterdam in his usual comical, disastrous style. (96 mins.)
Director: Jacques Tati
“ « L'entendre, c'était voir une ponctuation vivante, des virgules s'animer, des parenthèses et des onomatopées devenir des discours, des danses. [...] Tati a inventé le son moderne au cinéma. Comme on dit dans ces cas-là : tous, toujours, lui devront tout. [...] Il ne lui suffisait pas d'être un clown de génie, de savoir mimer le tennis, le trafic automobile ou l'angoisse du gardien au moment du penalty, il fallait qu'il fasse d'un film une création entière. » ” - João Gabriel Paixão
 
38.
Moonlighting (1982)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.7/10 X  
A Polish contractor, Nowak, leads a group of workmen to London so they can provide cheap labor for a government official based there... (97 mins.)
“ « Le miracle de Travail au noir, c'est que tout – le moment politique, la situation concrète de l'auteur, l'argent de la production, le temps utile, l'énergie bandée – tout est allé dans le film. Et nulle part ailleurs. Le miracle, c'est qu'un amateur inspiré ait réussi à emballer la vieille machine british. Et nous avec. » ” - João Gabriel Paixão
 
39.
Le Trou (1960)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 8.5/10 X  
In prison four long-sentence inmates planning an elaborate escape cautiously induct a new inmate to join in their scheme which leads to distrust and uncertainty. (132 mins.)
Director: Jacques Becker
“ « Un film, parfois, nous rappelle calmement qu'on n'a encore rien vu du cinéma, que tout y est possible, que des émotions nouvelles sont à l'ordre du jour, qu'une partie inconnue du monde a été approchée. Ce sont les inclassables. [...] Mais ce sont parfois des films encore plus mystérieux d'être en apparence si proches de nous : Le Trou de Becker, seul film à ma connaissance à avoir filmé l'idée de liberté. » ” - João Gabriel Paixão
 
40.
The Way South (1981 Documentary)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 6.2/10 X  
Johan van der Keuken went against the grain in 1980: from Amsterdam (on April 30 with the coronation riots and squatting actions) via Paris... (143 mins.)
“ « Mais aller vers le Sud, c'est perdre le nord, quand même. Vers le Sud – le film est ce que Van der Keuken a réussi de plus simple et de plus direct à ce jour. » ” - João Gabriel Paixão