Marilyn Monroe

View:
Log in to copy items to your own lists.
1.
River of No Return (1954)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 6.7/10 X  
The titular river unites a farmer recently released from prison, his young son, and an ambitious saloon singer. In order to survive, each must be purged of anger, and each must learn to understand and care for the others. (91 mins.)
Director: Otto Preminger
“ Le plus beau spectacle hollywoodien avec Marilyn. L'un des mes westerns préférés. ” - leniod
 
2.
The Misfits (1961)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.4/10 X  
A divorcee falls for an over-the-hill cowboy who is struggling to maintain his romantically independent lifestyle. (125 mins.)
Director: John Huston
“ Le plus grand rôle de Monroe (qui n'a pas été gâtée par les studios hollywoodiens.) ” - leniod
 
3.
Don't Bother to Knock (1952)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 6.9/10 X  
After being dumped by his girlfriend, an airline pilot pursues a babysitter in his hotel and gradually realizes she's dangerous. (76 mins.)
Director: Roy Baker
“ Souvent présentée comme le premier rôle principal de Monroe (en réalité elle partageait déjà en 1948 le premier rôle féminin dans le plaisant très petit budget "Ladies of the Chorus/Les reines du music-hall" de Phil Karlson), cette modeste production étonnamment soignée du réalisateur anglais Roy Baker (en 1967 "Quatermass and the Pit/Les montres de l'espace", en 1970 deux films de vampires et en 1971 "Dr. Jeckyll et Sister Hyde", tout ça pour la Hammer) est surtout la plus belle composition dramatique de la star avec "The Misfits" (1961) de John Huston, son dernier film.

"Don't Bother to Knock/Troublez-moi ce soir" est bizarrement resté longtemps oublié en francophonie. Je conseille à ceux qui ne l'ont jamais vu d'ignorer un maximum de son intrigue surprenante. Si sa texture est celle d'un film noir et qu'il y a quelques pincées d'humour, il s'agit en fin de compte d'un mélodrame psychologique triste, assez osé, jusqu'au trouble. ” - leniod
 
4.
Bus Stop (1956)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 6.7/10 X  
A naive but stubborn cowboy falls in love with a saloon singer and tries to take her away against her will to get married and live on his ranch in Montana. (96 mins.)
Director: Joshua Logan
“ Attirance animale

Le personnage masculin principal, un gros lourd surjoué, est des plus irritant. L'argument, adapté d'un succès à Broadway, daté et stupide. La fin très convenue, invraisemblable, laisse en bouche un goût décevant (mais c'est précisément lors des dernières séquences que Marilyn est la plus désirable). Cette production ne serait qu'une des pires comédies sentimentales hollywoodiennes des années cinquante, oubliée depuis longtemps, si elle ne mettait en vedette Monroe, big star qui commençait à se faire plus rare au cinéma. L'ensemble de l'entreprise est construite autour d'elle. Le réalisateur, surtout homme de théâtre, n'est pas un génie, mais sait ce qui est important et ne gaspille pas la chance qu'il a, contrairement à trop d'autres avant lui. Les couleurs et costumes sont particulièrement soignés.

Si Marilyn était sensuelle, mystérieuse, voire inaccessible dans "Niagara" (1953), elle n'a jamais été aussi attirante qu'ici car elle est plus touchante et naturelle, en restant quand même glamour. Le CinemaScope magnifie sa peau, son duvet, ses poils, sa salive. C'est carrément érotique, même bandant. C'est sans doute à "Bus Stop", vu à la télévision vers mes douze ans, que je dois mon idéal féminin. ” - leniod
 
5.
Gentlemen Prefer Blondes (1953)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.2/10 X  
Showgirls Lorelei Lee and Dorothy Shaw travel to Paris, pursued by a private detective hired by the suspicious father of Lorelei's fiancé, as well as a rich, enamored old man and many other doting admirers. (91 mins.)
Director: Howard Hawks
“ Superficielle petite comédie musicale magnifiée par le Technicolor, Marilyn Monroe (en duo avec Jane Russell) et Howard Hawks, un réalisateur compétent (surtout quand on compare ce film avec sa lamentable variation produite dans la foulée de son succès "Comment épouser un millionnaire" de Jean Negulesco.) ” - leniod
 
6.
Niagara (1953)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.1/10 X  
As two couples are visiting Niagara Falls, tensions between one wife and her husband reach the level of murder. (92 mins.)
Director: Henry Hathaway
“ Scénario de série B, aux raccourcis faciles (trop de coïncidences), pour un film noir en somptueux Technicolor expressionniste, magnifié par Monroe dans son rôle le plus sensuel et le décor touristique filmé sur place. ” - leniod
 
7.
Ladies of the Chorus (1948)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 6.1/10 X  
A faded burlesque queen passes on a chance to return to the spotlight so her chorus-girl daughter can have a shot at the headliner spot. But she grows concerned when her daughter's new fame attracts the attention of a wealthy society man. (61 mins.)
Director: Phil Karlson
“ Le premier rôle important de Monroe. Très petit budget, mais bonne surprise. ” - leniod
 
8.
The Seven Year Itch (1955)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.2/10 X  
When his family goes away for the summer, a so far faithful husband is tempted by a beautiful neighbor. (105 mins.)
Director: Billy Wilder
“ Quelques délicieuses scènes d'anthologie, mais film globalement surestimé. ” - leniod
 
9.
Some Like It Hot (1959)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 8.3/10 X  
When two male musicians witness a mob hit, they flee the state in an all-female band disguised as women, but further complications set in. (121 mins.)
Director: Billy Wilder
“ Quelques délicieuses scènes d'anthologie, mais film globalement surestimé. ” - leniod
 
10.
Monkey Business (1952)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.0/10 X  
A chemist finds his personal and professional life turned upside down when one of his chimpanzees finds the fountain of youth. (97 mins.)
Director: Howard Hawks
“ Originale screwball comedy tardive, parfois hilarante, qui n'a pas trop mal vieilli. Avec Cary Grant, Ginger Rogers, un chimpanzé et Monroe dans un second rôle. ” - leniod
 
11.
Let's Make Love (1960)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 6.5/10 X  
When billionaire Jean-Marc Clement learns that he is to be satirized in an off-Broadway revue, he passes himself off as an actor playing him in order to get closer to the beautiful star of the show, Amanda Dell. (119 mins.)
Director: George Cukor
“ Avant-dernier avec Marilyn, ce film a été tourné entre "Some Like It Hot" (1959) de Billy Wilder et "The Misfits" (1961) de John Huston, deux réussites. "Let's Make Love", devenu en français « Le milliardaire », malgré son CinemaScope et ses couleurs De Luxe, souffre de beaucoup de problèmes.

L'œuvre pâtit d'une énorme erreur de casting. Gregory Peck, Cary Grant et Rock Hudson ont refusé le rôle masculin principal qui a échoué à un Yves Montand sans charme, dépourvu d'élégance naturelle. Son personnage est moins sympathique et séduisant que le second rôle.

Outre l'invraisemblance du point de départ qui n'est que pure convention, le scénario finit par se contredire. La « morale » de la fin transforme le divertissement en film le plus misogyne de l'Histoire du cinéma : la femelle est heureuse d'avoir été achetée par le mâle le plus puissant de la meute, pour lui faire des enfants.

De nombreuses longueurs diluent les parties musicales et les quelques scènes amusantes.

La réalisation est paresseuse. Des lumières crues et rasantes soulignent les ravages du temps sur le corps de Monroe, pourtant trop maquillée.

La première scène avec elle, une séquence musicale, est un bon moment de plaisir. ” - leniod
 
12.
The Prince and the Showgirl (1957)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 6.7/10 X  
An American showgirl becomes entangled in political intrigue when the prince regent of a foreign country attempts to seduce her. (115 mins.)
“ Théâtre filmé rose bonbon périmé

Comédie (qui se veut) romantique anglaise (tournée aux Pinewood Studios) rococo, théâtrale, à l'ancienne, très bavarde et longuette, inutilement compliquée par une intrigue concernant un possible renversement de pouvoir et des espions. Les couleurs sont douces, aux tons pastels, avec des roses roses. Monroe est parfaite dans le premier rôle féminin, mais malheureusement, Laurence Olivier, le producteur/réalisateur, la fait tomber amoureuse d'un personnage caricatural beaucoup plus âgé qui n'a rien de séduisant, joué par lui-même (donc pas dirigé) ; il en a profité, le salaud. Bien sûr, le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas, mais ici le spectateur ne comprend pas du tout ce qui a pu attirer Marilyn chez ce détestable partenaire qui n'a rien d'un élégant Cary Grant. Énorme erreur de casting, comme trop souvent dans les films avec Monroe. Bref, on s'ennuie, mais c'est joli à regarder. ” - leniod
 
13.
How to Marry a Millionaire (1953)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.0/10 X  
Three women set out to find eligible millionaires to marry, but find true love in the process. (95 mins.)
Director: Jean Negulesco
“ Gaspillage de gros moyens

Scénario grossier, mise en scène négligée et terne, Monroe est gaspillée dans ce produit mal rythmé, destiné à la moyenne bourgeoisie américaine de l'époque.

Alors que Marilyn était devenue une big star grâce à "Niagara" et "Les hommes préfèrent les blondes", elle est ici étonnamment sous-utilisée dans un quasi-second rôle d'idiote myope. Lauren Bacall a l'air de jouer pour payer ses factures, tandis que Jean Negulesco, réalisateur de divertissements soignés mais fades, semble amoureux de la vulgaire Betty Grable, une vedette des années '40.

Le CinemaScope (c'est le premier film tourné avec ce procédé, même si "La Tunique" est sorti avant… Ce qui explique une interminable séquence musicale au début destinée à mettre en évidence cette révolution technique, ce qui apparaît malvenu puisque Monroe ne chante pas dans "Comment épouser un millionnaire") n'apporte pas grand chose, ni le Technicolor, à cette pauvre adaptation théâtrale. Quelques jolis plans de coupe de New York.

Film au charme suranné, occasionnellement amusant. Et il y a Monroe, adorable. ” - leniod
 
14.
Clash by Night (1952)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.2/10 X  
Mae Doyle comes back to her hometown a cynical woman. Her brother Joe fears that his love, fish cannery worker Peggy, may wind up like Mae. Mae marries Jerry and has a baby; she is happy but restless, drawn to Jerry's friend Earl. (105 mins.)
Director: Fritz Lang
“ Drame psychologique (une femme tiraillée entre la sécurité et la passion) typique de l'époque, bavard, avec Monroe dans un vrai second rôle. Malgré un début magistral, la fin de cette lourde adaptation théâtrale est largement ratée. ” - leniod
 
15.
Let's Make It Legal (1951)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 6.3/10 X  
The nearly-final divorce of the Halsworths suddenly gets complicated when Miriam's old flame comes to town. (77 mins.)
Director: Richard Sale
“ Tardive comédie du remariage, hyper-prévisible, avec Claudette Colbert. Quelques minutes de Monroe. ” - leniod
 
16.
As Young as You Feel (1951)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 6.6/10 X  
A 65-year-old printer hatches an elaborate scheme to avoid forced retirement. (77 mins.)
Director: Harmon Jones
“ Comédie à la Capra, familiale et conventionnelle, à petit budget. Une petite dizaine de minutes de Monroe. ” - leniod
 
17.
Love Happy (1949)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 5.9/10 X  
The Marx Brothers help young Broadway hopefuls while thwarting diamond thieves. (85 mins.)
Director: David Miller
“ Apparition dadaïste de Monroe (deux minutes) dans le bureau de Groucho. ” - leniod
 
18.
All About Eve (1950)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 8.3/10 X  
An ingenue insinuates herself into the company of an established but aging stage actress and her circle of theater friends. (138 mins.)
“ Petit rôle de Monroe dans un bon film. ” - leniod
 
19.
The Asphalt Jungle (1950)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.9/10 X  
A major heist goes off as planned, until bad luck and double crosses cause everything to unravel. (112 mins.)
Director: John Huston
“ Petit rôle de Monroe dans un bon film. ” - leniod
 
20.
There's No Business Like Show Business (1954)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 6.5/10 X  
Molly and Terry Donahue, plus their three children, are The Five Donahues. Son Tim meets hat-check girl Vicky and the family act begins to fall apart. (117 mins.)
Director: Walter Lang
“ Après être devenue une big star grâce à "Niagara" et "Les hommes préfèrent les blondes", Monroe ne jouait pourtant qu'un quasi-second rôle dans "Comment épouser un millionnaire". Dans "There's No Business Like Show Business/La joyeuse parade", elle n'a qu'un important second rôle (qui lui permet quand même de chanter trois fois), idiot, qu'elle a accepté contre la promesse d'être la vedette de "Sept ans de réflexion".

Il n'y a qu'elle à sauver dans cette vulgaire comédie musicale (en réalité du music-hall platement filmé) familiale qui a atrocement vieilli (bien que déjà ringarde à sa sortie), mais, attention, Marilyn n'apparaît qu'après une interminable demi-heure et n'est présente que dans un tiers des scènes qui suivent. Le couple qu'elle forme avec son partenaire est une énorme erreur de casting. La fin de cette mièvre foire aux boudins est particulièrement ridicule. ” - leniod
 
21.
O. Henry's Full House (1952)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 7.3/10 X  
John Steinbeck introduces a quintet of five of O. Henry's most celebrated stories from his New York Period (1902-1910) in this anthology film. (117 mins.)
“ Seule Monroe (en prostituée qui donne la réplique PENDANT UNE MINUTE ET DEMIE à un décevant Charles Laughton cabotin, dans un sketch de mauvais goût) est à sauver de ce pénible produit vieillot débordant de clichés. ” - leniod
 
22.
We're Not Married! (1952)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 6.4/10 X  
In separate stories, five wedded couples learn that they are not legally married. (86 mins.)
Director: Edmund Goulding
“ Pas vu. Not seen. ” - leniod
 
23.
Love Nest (1951)
    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 6.3/10 X  
Two married New Yorkers purchase an old, run-down building full of colorful tenants. (84 mins.)
Director: Joseph Newman
“ Pas vu. Not seen. ” - leniod